Les Editions du Cotentin

Le visage secret de Millet élucidé

Article écrit par Emmanuelle Lemesle, paru dans Ouest France, le 27 Décembre 2012.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Robert Lerouvillois publie Le Conteur d’Outre Mer : le visage secret de Millet aux Éditions du Cotentin. Ou la genèse d’un tableau du musée Henry.

Le Conteur, également appelé Le Conteur arabe, est une des premières oeuvres du peintre de Gréville, réalisée en 1840. Jean-François Millet est alors de retour de Paris, plein de désillusions. « Son professeur de peinture cherbourgeois, Mouchel, avoue dès 1832 ne rien pouvoir apprendre au petit génie du pinceau et lui conseille de fréquenter le tout nouveau musée-bibliothèque de Cherbourg installé à l’hôtel de ville », raconte Robert Lerouvillois.

Millet, petit paysan de La Hague, se révèle avide de lecture et de connaissances. « Il lit Virgile dans le texte et se régale des collections données à la ville par Thomas Henry, véritable cabinet de lecture et de curiosités. » Ce fonds patrimonial existe toujours et l’historien s’est dit que peut-être, en fouillant là, il pourrait enfin découvrir l’énigme du Conteur qui a si longtemps tenu les spécialistes en échec.

« En parcourant ces ouvrages rares qui, à n’en pas douter, constituent un choc pour l’artiste, nous en avons divers témoignages, c’est à un surprenant voyage dans l’espace et le temps que l’auteur nous convie », ajoute Vincent Levieux, éditeur. Un millénaire et demi de connaissances, des déserts d’Égypte aux rives du Gange en passant par le Cap Horn et les atolls du Pacifique. Robert Lerouvillois a patiemment décortiqué ces trésors pour mieux comprendre la genèse du Conteur, ce que n’avait pas eu le temps de faire son ami Lucien Lepoittevin, l’ancien conservateur du musée Thomas-Henry décédé en 2010.

Le Conteur est l’une des oeuvres majeures de la collection Millet du musée de Cherbourg, la troisième au monde en terme d’importance. Robert Lerouvillois a su percer les sources d’inspiration du peintre.