Les Editions du Cotentin

Robert LEROUVILLOIS

Robert Lerouvillois, né en 1933 à Flamanville, s’est fixé depuis le début de sa carrière à Cherbourg, sa ville de prédilection. Professeur honoraire de Lettres Classiques dans deux lycées de la ville, il assuma à partir de 1977 les mandats électifs de maire-adjoint, chargé de la Culture, et de vice-président de la communauté urbaine, menant à bien la construction et l’équipement du musée d’art Thomas Henry et de la bibliothèque Jacques Prévert. Très attaché à l’histoire de sa ville et de sa région, membre d’honneur du Comité Gilles de Gouberville, membre titulaire de la Société Nationale Académique de Cherbourg, chevalier dans l’ordre des Arts et Lettres, conférencier et commissaire d’expositions, il a pris une part active en 1993 – 94, en qualité de conseiller historique, à la rénovation complète du musée de la Libération installé au fort du Roule.

Dans le domaine de l’écriture, ce fut comme historien de la Seconde Guerre mondiale qu’il s’est d’abord fait connaître, lorsque son premier ouvrage, exploitant des archives américaines fort peu connues, apporta en 1987 des révélations capitales sur le rôle éminent du port de Cherbourg dans le soutien logistique des armées qui libérèrent la France. Réédité et désormais épuisé, ce travail est à présent remplacé par un nouveau livre plus complet, paru en 2009 ; cette publication a bénéficié de l’apport considérable de nouveaux fonds documentaires américains récemment déclassifiés. Son iconographie impressionnante a été unanimement saluée.
Passionnément attaché à son Cotentin ancestral dont il connaît chaque secret, Robert Lerouvillois a choisi d’explorer aussi son histoire beaucoup plus ancienne, axant son œuvre d’écrivain sur le lointain passé de la région, en privilégiant notamment les aspects les moins connus de l’histoire maritime, comme la liste de ses publications permet de le constater.
Tout naturellement, il fut amené à se pencher sur les recherches archéologiques, d’autant qu’il évoluait en terrain de connaissance, sa formation universitaire classique lui facilitant l’accès aux sources latines et grecques et au monde antique, un domaine familier pour lui. Par un concours de circonstances, il devint conservateur du Muséum de Cherbourg, fonction provisoire en principe, mais qu’il occupa durant huit ans, ce qui lui permit de mener à bien une première expertise des collections d’archéologie antique et protohistorique. Par la suite, le Groupe de Recherches Archéologiques du Cotentin lui demanda d’assurer quelque temps son secrétariat ; il s’active toujours parmi les administrateurs bénévoles de cette association. À ce titre, il prit part de 2005 à 2011, comme spécialiste des investigations anciennes, au Projet Collectif de Recherche « Archéologie, histoire et anthropologie de la presqu’île de la Hague », conduit par l’Institut National de Recherches Archéologiques Préventives, l’Université de Caen, le CNRS, et le Service Régional d’Archéologie de Basse-Normandie.

Constamment soucieux de vérité historique et d’impartialité, sans ménager les susceptibilités mal placées qu’entraîne souvent l’esprit de clocher, qu’il s’agisse des siècles lointains ou d’une actualité encore brûlante, ses investigations rigoureuses, fruits de recherches approfondies, s’appliquent à traquer impitoyablement supercheries de faussaires, légendes controuvées, traditions fantaisistes, déformations naïves ou mensonges éhontés, avec pour préoccupation principale de révéler chaque fois le dessous des cartes.